L’histoire pour témoin

Lui, c’est Louis Barthas, qui entre dans la guerre à 35 ans, tonnelier de son état, de Peyriac Minervois et qui en sort en 1918, en écrivain de l’indicible, couchant dans ses carnets, les traits précis et effrayants d’un drame mondial, comme la multitude des petits instants d’humanité qui feront eux aussi l’histoire et scelleront ce besoin d’Europe qui dès 1921, émergera.

Dans ses carnets, il avait écrit « Peut être un jour dans ce coin d’Artois, on élèvera un monument pour commémorer cet élan de fraternité entre des hommes qui avaient l’horreur de la guerre et qu’on obligeait à s’entretuer malgré leur volonté ». Depuis, ce matin, la République lui a donné raison et a rendu, à tous ces hommes, leur dignité, eux qui, pour certains ont été fusillés, de n’avoir plus voulu combattre, cet autre citoyen, qui lui aussi, dans les lignes opposées, ne savait plus trop pour quelle cause, il luttait.

14-18, ce n’est pas 39-45, une guerre du capitalisme contre une guerre de la barbarie. Pour Louis Barthas, socialiste et prolétaire, un ouvrier qu’il soit allemand, français ou américain est, avant tout, un ouvrier. La guerre devient incompréhensible.

Aujourd’hui, la fraternité doit « faire fondre les haines, naître la sympathie entre gens indifférents et même adversaires ». Oui, la fraternité, inscrite au fronton de toutes nos mairies, est le rempart nécessaire contre l’éclatement de notre société. Trop longtemps, nous avons laissé croire que la haine que certains distillent était un mal nécessaire, comme un exutoire aux difficultés économiques et sociales qui touchent trop de nos concitoyens. La fraternité a été comme mise en sourdine, n’éclatant qu’à chaque drame qui nous a touché, comme un mantra pour évacuer notre chagrin collectif.

Si des hommes, les pieds dans la boue, la tête pleine des râles de leurs compagnons d’infortune, affamés, perclus de gale, ont pu se lever et aller vers leurs ‘ennemis’ pour fraterniser, alors pourquoi ne pouvons-nous pas retrouver le chemin de la ‘concorde’ nationale, comme l’a si justement affirmé François Hollande, ce matin ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s