Un dimanche d’Ampélofolie

Aujourd’hui, après presque 20 ans d’existence, les Ampélofolies du Cabardès sont devenues LE rendez-vous incontournable du Département pour tous les passionnés de la truffe, des vins et de la gastronomie. Que de temps passé, depuis les années 2000 qui ont vu naître cette manifestation sur une très belle promesse, celle de conjuguer la promotion des vins du Cabardès et la présentation de la truffe, ce mystérieux champignon noir qui pousse naturellement dans notre département. J’ai encore en mémoire les discussions à ce sujet avec notre ami et regretté Michel Escande. Désormais 8 000 visiteurs s’y pressent, en plein cœur de l’hiver pour célébrer le goût et le terroir, pour se retrouver en toute simplicité. Les Ampélofolies s’inscrivent pleinement dans cet art d’être audois, fondé sur nos valeurs communes : la mixité, l’authenticité et la générosité.

Ces valeurs qui nous unissent, guident aussi nos politiques départementales. Ainsi, le Département soutient de nombreux événements festifs et conviviaux destinés à valoriser les produits et les savoir-faire locaux. Entre les foires aux gras, les événements autour du vin, du cassoulet, de la pomme de terre du Pays de Sault, etc… les occasions ne manquent pas dans l’Aude, de les mettre à l’honneur. Ces produits d’exception et ces savoir-faire artisanaux font la réputation de notre département ainsi que celle de la marque Le Pays Cathare. Ils sont la fierté de celles et ceux qui y sont engagés, agriculteurs, artisans, commerçants…

Valoriser les produits agro-alimentaires audois passe aussi par une politique volontariste, visant à rapprocher circuits de proximité et restauration collective.

Il ne s’agit pas d’un phénomène de mode mais d’une véritable réponse à une aspiration citoyenne et à une préoccupation économique. Aspiration citoyenne parce que les consommateurs sont en demande légitime de produits de qualité, authentiques, fiables, des produits qui ont du goût et des saveurs,… Préoccupation  économique parce que commercialiser ou acheter via un circuit qui limite les intermédiaires permet à chacun d’en tirer bénéfice.

En moyenne, sur les 27 collèges audois, 20 % des produits consommés dans les cantines proviennent de producteurs du département. Sur les 1 500 000 repas qui sont servis, tous les ans, dans les collèges audois, soit environ 3 millions d’euros d’achats de denrées alimentaires, 550 000 € reviennent à des fournisseurs et à des producteurs locaux. Ce n’est pas encore assez. Il y a là une véritable économie, non délocalisable, à développer. L’objectif que j’ai fixé est simple : 30 % de produits locaux seront consommés dans les collèges en 2016 et 40 % en 2017.

Pour y parvenir, nous lançons AGRILOCAL 11, en partenariat avec la chambre d’agriculture. Cette plateforme Internet qui met en relation directe, simple et gratuite, les producteurs locaux et les acheteurs de restauration collective, offrira de nouveaux débouchés à nos producteurs tout en donnant aux jeunes convives la possibilité de manger des produits de terroirs, sains et gouteux…

Et qui sait, un jour peut-être, pour une opération spéciale, pourrons-nous faire découvrir aux jeunes audois, le plaisir gustatif, subtil et mystérieux de la tuber melanosporum.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s