L’Aude triste du décès d’un grand anthropologue français

Il était Narbonnais de naissance, Toulousain par ses études universitaires, Parisien et cosmopolite par ses multiples activités d’enseignement et de recherche. Daniel Fabre nous a quittés en cette belle journée du 24 janvier 2016. Aussi inattendue que douloureuse, sa disparition laisse un grand vide dans la vie intellectuelle française.

Celui qui avait débuté ses travaux universitaires par l’étude des savoirs traditionnels oraux dans les Pyrénées audoises, était resté attaché à la terre d’Aude qui l’avait vu naître.

Tout en menant une carrière universitaire qui l’ont amené dans les plus hautes instances de la production intellectuelle et scientifique française, celui qui était directeur de recherche à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, fondateur entre autres de l’Institut interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain, n’en demeurait pas moins le président du GARAE, groupe audois de recherche et d’animation ethnographique.

Son apport à l’anthropologie contemporaine et plus largement aux sciences humaines et sociales est considérable. Utilisant l’Aude, les Pyrénées et le Languedoc comme terrains d’études, Daniel Fabre s’était fait spécialiste tout autant du carnaval que de la relation aux morts, ou encore de la production sociale des identités sexuelles et de la construction de la réalité. Avec l’ouverture d’esprit caractéristique des grands chercheurs, il combinait son savoir académique avec une curiosité sans borne pour le monde qui l’entourait.

Sa capacité à faire dialoguer les différentes disciplines des sciences humaines et sociales avait pu s’exprimer dernièrement dans notre département par sa participation au comité scientifique pour la candidature des forteresses médiévales du Pays Cathare au patrimoine mondial de l’humanité.

Encore une fois, il avait fait preuve tout autant de sa rigueur scientifique que de son amour pour l’Aude et son histoire.

Pour cela, comme pour l’ensemble de ses apports pour notre département au premier rang desquels son travail incessant au sein du GARAE, je veux, en mon nom personnel, au nom de tous les conseillers départementaux, lui témoignent notre plus vive reconnaissance.
A sa famille, à ses amis et ses proches, à ses collègues aujourd’hui dans la peine, j’adresse mes plus sincères condoléances.

2 thoughts on “L’Aude triste du décès d’un grand anthropologue français

    1. Ce fut un privilège et un honneur de l’avoir à nos côtés, en particulier sur le projet Unesco. Je tenais à rendre hommage au scientifique rigoureux et à l’homme passionné. Toutes mes pensées vous accompagnent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s