Des postes et une écoute

5,5 postes, voilà le bilan de l’année 2015 pour les dotations dans le premier degré dans l’Aude alors que l’académie avait été largement dotée de 214 postes. « Injuste« , « incompréhensible« , tels avaient été les adjectifs que j’avais alors utilisés pour alerter la Ministre pas tant sur le sort qui nous avait été réservé au niveau national mais au niveau de la répartition académique.
Depuis son élection, François Hollande s’est attaché à remettre des fonctionnaires dans les secteurs nécessaires à la vie des citoyens, et pas seulement en matière de sécurité : dans la justice et la police bien sûr pour répondre aux légitimes attentes des français, mais aussi dans l’éducation nationale et l’audace est bien là. A l’heure où il ne cesse d’être critiqué pour le renforcement des pouvoirs de la police, où certains, inconscients des périls qui nous menacent, le remettent en cause dans sa capacité à diriger un pays en guerre, il aurait été facile pour lui de s’en tenir à une politique sécuritaire. Faux ! Il n’oublie pas cette citation de Victor Hugo : « Ouvrez des écoles, vous fermerez des prisons« . Équilibrer l’effort national et redonner à l’école la place centrale qu’elle n’aurait jamais dû perdre, dans l’idéal républicain et sa sauvegarde. Sarkozy a cassé, Hollande rebâtit.
Donc, les créations de postes étaient au rendez-vous mais fallait-il encore que l’instance en charge de leur ventilation, les services déconcentrés de l’Etat, effectue une répartition fine et pertinente. Indéniablement en 2015, nous étions loin du compte.
J’ai l’habitude de le dire, une carte doit être regardée pour ce qu’elle est : une vision en 3 D d’un territoire. À plat, elle ne représente rien « des creux et des bosses » , comme disait Fernand Braudel, qui en font la richesse. L’Aude est profondément rurale, une école dans un village, à quelques kilomètres, ce peut être un détour de plusieurs dizaines de kilomètres pour y accéder. On est ici dans la réalité de la France rurale, bien loin des lignes du tramway montpelliérain. Les médias ne cessent de plaider la redynamisation des campagnes, il faut que les politiques publiques suivent. Le Conseil départemental de l’Aude a toujours pris en compte cette dimension, au premier chef en étant aux côtés des communes qui faisaient de leurs écoles des espaces de vie collective, des facteurs d’attractivité. Il a aussi, par les transports scolaires permis que ces écoles restent au centre du développement des territoires.
Aujourd’hui avec l’octroi de 30 postes pour la rentrée 2016, c’est une véritable reconnaissance de nos spécificités et c’est également une validation de notre démarche pro active qui n’a eu de cesse de se faire entendre.
Le ministère octroie des postes en constante augmentation : 214 en 2015, 300 en 2016, et l’Aude est désormais au rendez-vous pour en bénéficier. Nous pouvons ainsi croire en l’avenir, parce que dans les classes, nos enseignants forgent le futur de ce pays. Ne perdons pas de vue cette évidence revigorante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s