Toujours présent aux côtés des agriculteurs ! 

On y accède en métro. Et pourtant, dès la sortie de la station, ce sont des odeurs de campagne qui se font sentir. La « plus grande ferme de France » vient d’ouvrir ses portes samedi dernier et déjà sont nombreux les visiteurs, habitués ou occasionnels, qui se pressent au Salon de l’Agriculture. Pour ma part, et pour la 5e année consécutive, c’est en ma qualité de Président du conseil départemental de l’Aude que je m’y rends, toujours avec le même plaisir.

Accompagné comme à l’accoutumée d’une délégation d’élus, de techniciens et de représentants du monde agricole, c’est l’occasion pour moi de faire le tour des stands audois et de voir comment ceux-ci valorisent leurs productions auprès de ce public qui se masse dans le Parc des expositions de la porte de Versailles. Bien sûr, nous en profitons aussi pour avoir un échange sur les thématiques agricoles du moment. Mais fort heureusement, nous n’abordons pas ce sujet qu’une fois par an à Paris. Des rencontres régulières ont lieu entre les élus et les services du Département avec ceux des différents organismes professionnels agricoles, et le président de la Chambre d’agriculture, qui m’accompagnait d’ailleurs au Salon, sait la qualité de notre écoute.

IMG_1809Cette relation régulière constitue d’ailleurs le gage de l’efficacité dans l’accompagnement politique du Département auprès de la profession agricole. C’est ce que j’ai pu mesurer lors des échanges dans les travées du Salon. Car, « de tout temps », le Département de l’Aude s’est senti pleinement partie prenante de l’avenir agricole de l’Aude. Avant-hier, dans l’Ouest audois, il accompagnait la création d’un vaste réseau d’irrigation ; hier, à travers ce que d’aucuns ont appelé « l’appel de Villegly », il contribuait à la mutation viticole pour permettre le « tournant de la qualité » rendue indispensable par l’évolution de la demande. Et ce ne sont là que quelques exemples parmi d’autres.

Cette volonté, j’ai souhaité qu’elle se poursuive, et qu’elle ne soit pas mise en cause, malgré la restriction des marges de manœuvre liée à la récente loi NOTRe. Ainsi, tout en demeurant dans le périmètre des compétences départementales, nous continuerons à être aux côtés des agriculteurs, et en phase avec les attentes de nos concitoyens.

Il en va ainsi avec l’approvisionnement local en produits agricoles que nous soutenons dans la restauration collective grâce à la plateforme agrilocal11.fr dont le Département vient de se doter. Plus qu’un simple outil technique, c’est une philosophie que nous devons accompagner : celle qui combine la préoccupation des consommateurs d’une alimentation saine avec l’objectif de développement d’une économie territorialisée dans le respect de notre environnement, en réduisant notamment l’impact des déplacements.

Il en va de même avec notre soutien à l’acte 2 de l’irrigation agricole pour l’Aude. Après l’Ouest céréalier, ce sont les secteurs viticole et arboricole qui doivent pouvoir disposer des infrastructures nécessaires à la pérennisation de l’activité agricole et arriver à faire face aux contraintes climatiques qui pèsent sur la production. La ressource en eau est disponible pour cela, sans compromettre bien évidemment les besoins en eau potable et l’avenir de la planète.

Voilà les 2 axes privilégiés que le Département emprunte pour soutenir les agriculteurs audois. Ainsi, représentants du monde agricole et élus politiques, nous avancerons ensemble.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s