La crise des réfugiés : un révélateur pour l’Europe

 La crise des réfugiés ne cesse pas, pire, elle s’accentue. Cessons de faire comme si demain, elle allait se résoudre seule. En prenant de l’ampleur au fil des mois, elle met en lumière les difficultés et les faiblesses de l’Union Européenne. Elle est un révélateur de la situation actuelle de l’Europe, d’une Europe politiquement instable, où l’extrême droite et la droite extrême se développent, y compris en capitalisant sur la situation dramatique des réfugiés. 
Quand certains tentent de dresser des murs à leurs frontières, rappelant les temps où l’Europe était divisée en deux blocs et que, d’autres, comme la Grèce, accueillent des dizaines de milliers de réfugiés alors qu’ils sont parmi les pays connaissant les plus grandes difficultés économiques, on se dit que l’Union Européenne est en train de passer à côté de l’Histoire, de son histoire et donc de la nôtre.

 Et la crainte que l’on peut avoir, c’est que cette crise des réfugiés fasse sortir l’Europe pour longtemps de l’Histoire.

Hier, enfin, l’Union Européenne a réagi. Pour la première fois, un budget de 700 millions d’euros a été dégagé pour aider les pays à assurer un accueil digne. Cette aide ira prioritairement à la Grèce. C’est légitime car c’est elle qui a la plus forte pression aujourd’hui. Mais cela ne doit pas exonérer l’Europe de faire plus, et surtout différemment car l’objectif ne doit pas être de faire de la Grèce un immense camps de réfugiés. La réponse doit être plus globale.

 A défaut, la crise des réfugiés pourrait tuer rien de moins que l’idéal européen. Alors que selon nous, cette crise pourrait devenir le révélateur du bel avenir que l’Europe a devant elle.

 Nous avons cru que le pic de la crise était hier, il y a des mois déjà, nous l’avons espéré. Mais la situation des pays du moyen orient, la déstabilisation en plus de la Libye, nous indiquent que la crise des réfugiés n’est plus une crise mais un élément durable et que nous devons le traiter comme tel et cesser d’attendre un hypothétique salut diplomatique, qui ouvrirait une voie longue et périlleuse. 

 Alors, Pourquoi ne pas assumer pleinement cette responsabilité ? A cause d’un manque de moyens répondront les esprits les plus étroits. Et pourtant, des solutions existent, à travers :

– un emprunt européen, le premier du genre, pour faire face à cette crise  

– une taxation spécifique européenne, qui serait le premier véritable impôt européen…

Comme de toutes crises, le pire ou le meilleur peut sortir de la période que nous traversons. Cette crise des réfugiés peut mettre fin à l’Union européenne : parce que des pays, par leur repli, porteraient atteintes irrémédiablement à l’idéal européen d’accueil, d’asile ; parce que chacun s’enfermerait dans ses frontières ; parce que la solidarité entre européens ne jouerait plus… Mais elle peut aussi relancer l’Europe : parce que l’Europe enfin prendrait en charge directement et avec un budget propre le sort des réfugiés, aidant les pays en première ligne, la Grèce mais aussi la Turquie, la Jordanie ou encore le Liban ; parce qu’elle parlerait d’une seule voix et d’une voix forte au plan international pour résoudre le conflit en Syrie, source principale de cet afflux de réfugiés ; parce qu’elle réussirait à imposer une répartition équitable de l’accueil de ces réfugiés par tous les États Européens.

L’Europe est face à un défi majeur. Il est de son devoir, de par son idéal humaniste, d’accueillir dignement ces réfugiés qui fuient les conflits armés. De sa réaction dépendra son avenir et, plus profondément, l’évolution de la société européenne qui doit tourner le dos à sa tentation du repli, de l’égoïsme et du rejet de l’autre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s