« Panama papers », stop à l’indécence !

Jusqu’à quand cela va-t-il durer ? Jusqu’à quand certains se sentiront-ils préservés de toute morale, à l’abri des regards, sûrs de leur fait ? Les scandales financiers ne sont pas nouveaux. Ils ne sont ni le propre d’une république ni celui de notre temps. Ils existent à chaque fois que la cupidité humaine prend le dessus sur la morale ; à chaque fois que l’individualisme gagne contre l’intérêt général.

Mais avec le « Panama Papers », nous franchissons à nouveau un cap dans cette sorte d’industrialisation de l’immoralité. Ici, des individus, comme des entreprises, et on nous parle aussi d’un parti politique, ne mettent pas à l’abri de l’argent mais soustraient leur argent aux impôts, à ce qui permet aux États de fonctionner, à ce qui permet de faire vivre nos hôpitaux, nos écoles, nos services publics, de financer l’armée et la police qui nous protègent tous… et eux avec. Nous avons à faire à des égoïstes patentés, à des femmes et des hommes qui ne pensent qu’à eux et qu’à l’argent qu’ils accumulent. On les imagine aisément dans des combines, ces petites adresses que l’on se passe sous le manteau. De minables manipulateurs du quotidien qui mènent grand train, qui se posent en exemple face caméra, pour mieux flouer ceux qui leur ont donné leurs titres de gloire : vous, moi, nous tous. Et cela aussi fait mal : voir ceux que nous avons tant aimés, admirés, soutenus, qu’ils soient sportif ou cinéaste, ceux qui étaient nos modèles, dégringoler de leur piédestal. Ils ont oublié que c’est le peuple qui les a fait rois, que c’est chacun de nous qui, par notre billet au match, notre entrée au cinéma, leur avons permis de combiner la force de leur talent à la puissance d’un engouement planétaire. Sans le peuple, sans le public, ils ne seraient rien. En refusant de participer au collectif, ils bafouent leurs origines, ils bafouent ce que nous avons en commun.

Ils sont évidemment ceux qui vont le plus subir la juste vindicte populaire, à la hauteur de la passion positive qu’ils ont suscitée. Mais, aucun de tous ceux qui ont fraudé ne devra être oublié !

Ici, nous parlons de millions, voire très certainement de milliards de dollars, d’euros, de roubles, de bien d’autres monnaies puisque ce scandale est planétaire, peut être un des plus massifs que nous ayons à connaître. Aucun pays ne sera épargné, pas même les très vertueux pays du Nord si prompts à faire la leçon en matière de probité.

Cela doit donc nous enseigner que l’immoralité de l’argent, du fric, j’allais écrire, tant cette révélation me soulève le cœur d’indignation et de colère, n’a aucune barrière, ni culturelle, ni nationale. Rien. Nous sommes face à une nouvelle internationale du crime organisé. Sans pistolet à la ceinture, avec des gants de soie. Mais les conséquences sont les mêmes que pour les autres trafics : la collectivité perd en toutes circonstances.

Depuis longtemps, hélas, nous entendons des propos accusateurs sur la fraude aux allocations chômage, au RSA ou à l’assurance maladie, sur l’idée que celui juste en dessous de vous vit mieux que vous, en faisant moins, sur les réfugiés qui viendraient nous voler en profitant de l’Etat providence… Je ne remets évidemment pas en cause la nécessité de contrôler, de vérifier la situation de ceux qui ont des droits afin de repérer ceux qui en abusent. Mais définitivement que l’on en finisse avec la chasse aux « pauvres », aux soit-disants « assistés ». Car le discours ambiant, focalisé sur les bénéficiaires du RSA, tous suspectés de frauder et accusés de profiter du sytème, a détourné notre attention de ces riches contribuables, fraudeurs en col blanc, champions de l’évasion fiscale, dont la malhonnêteté bien plus grave, produit depuis des années des conséquences financières qui se chiffrent en milliards d’euros.

Les voleurs, les falsificateurs sont maintenant connus, la presse a joué son rôle, en pointant les noms sur des listes. A la justice de prendre le relais et qu’enfin, nous soyons débarrassés des vrais profiteurs. Dehors !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s