Des audois à Bruxelles

Souvent, quand le politique se veut démagogique et qu’il se refuse à développer des argumentations dignes de sa fonction, il dit « ça se décide à Bruxelles, on n’y est pour rien ». Je préfère laisser ce style de phrases toutes faites à d’autres. L’Europe n’est pas un Etat dans l’Etat, il s’agit d’un outil de coordination des Etats que nous avons tous souhaité et que nous devons collectivement piloter, encadrer, mais aussi utiliser dans le sens d’une plus grande concertation.

Alors, des audois, à Bruxelles, il y en a. Eric Andrieu est un peu le plus bruxellois des audois. Cela nous a été rappelé avec effroi lors des attentats, chacun ici en terre d’Aude se demandant « où était Eric »… Il représente le sud-ouest et donc nous-même, il vote les lois, il travaille avec application ses sujets et tout particulièrement ceux liés à l’agriculture et au développement rural. Et maintenant, je suis particulièrement heureux de venir en quelque sorte apporter ma pierre à la réflexion globale qui se fait là-bas, un si loin qui est pourtant si proche de notre quotidien, de notre vie, par les normes qui y sont édictées.

En effet, je siège dorénavant au Comité des Régions, dans le cadre de mes missions à l’Assemblée des Départements de France. Comme l’ensemble des représentants des collectivités territoriales des Etats européens qui y sont présents, notre rôle est consultatif et vise à engager le débat sur des sujets qui sont ensuite abordés en plénière du Parlement européen.

Ainsi, ce 15 juin, nous avons à l’ordre du jour, le réexamen du budget de l’UE, qui fixe notamment ses plafonds de dépenses dans ses différents domaines d’action. Cette question est particulièrement importante puisqu’elle va permettre d’établir des priorités  pour l’Union. Dans ce cadre, il semble important et je plaiderai en ce sens que  de nouveaux moyens soient affectés au service des citoyens.

Est également abordé un travail de fond sur la fin du  gaspillage alimentaire, avec un objectif minimum de réduction  de 30%, d’ici 2025. Un tiers de  la production mondiale d’aliments n’est pas consommée tous les ans, elle est jetée. Ce projet vise à encourager les collectivités locales à agir via les services dont elles ont la gestion : service de restauration, établissement d’enseignement et d’apprentissage, tri sélectif. C’est un sujet que le Département de l’Aude a pris à bras le corps, au collège notamment et dans ses campagnes de communication. Gaspiller, c’est utiliser les ressources de la nature à mauvais escient et chacun a sa part de responsabilité et donc peut agir pour le minorer.

Le dernier sujet est relatif à la Directive sur les déchets pour laquelle l’UE doit faire preuve de plus d’ambition. L’avis que pourrait rendre le Comité des Régions  s’engagerait pour une révision à la hausse – de 65 % à 70 % – de l’objectif de réutilisation et de recyclage des déchets municipaux à l’horizon 2030 et pour l’introduction d’objectifs chiffrés spécifiques en matière de recyclage des déchets d’emballage en plastique. Les questions environnementales avancent et c’est heureux.

Voilà une séance qui s’annonce riche. Il me semble important de pouvoir ici, régulièrement vous parler d’Europe et de vous rendre compte de ces rencontres qui sont des occasions de penser collectif et d’agir en européen.

IMG_1083

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s