Fixer la mémoire

Voyager pour fixer les bases d’une mémoire qui ne doit pas fuir, une mémoire vivante et sans faille, parce que c’est notre mémoire collective. J’ai rejoint aujourd’hui le groupe de collégiens (dont beaucoup sont devenus, depuis la rentrée, des lycéens), lauréats du concours de la Résistance, qui est parti, en « Voyage au nom de la Mémoire » pour Lyon, le Camp des Milles, la Maison d’enfants d’Izieu et le Plateau des Glières.
Chaque année, je me fais une obligation de cette présence, mais une obligation positive comme on va à la rencontre de l’histoire de l’humanité. Et depuis quelques années, cette nécessité mémorielle est de plus en plus indispensable, tant l’actualité frémit des relents d’un passé que l’on pensait, à jamais, mort.

img_3011
Le mur aux 840 feuilles de plomb, portant le nom des 840 morts du Maquis du Vercors (Mémorial de la Résistance)

L’exclusion pour des motifs infects, la violence et l’intolérance ne sont plus derrière nous, comme nous l’avions imaginé au sortir d’une guerre que nous pensions ultime étape dans la descente aux enfers de la barbarie.
Nous avons dit en y croyant sans faillir « plus jamais cela », depuis, combien de fois, avons-nous dû reprendre nos bâtons de militants des droits de l’homme pour à nouveau le scander avec conviction ? Las, d’hier en Bosnie à aujourd’hui à Alep ou sur les murs rougis de Charlie Hebdo et les rideaux troués du Bataclan, en passant par Nice, ce « plus jamais cela » ne suffit plus à arrêter la fureur inhumaine.
Nous devons refuser de baisser les bras et de laisser la violence devenir le mode de fonctionnement de ceux qui sont avant tout des fossoyeurs de démocratie, comme jadis le furent les fascismes en Europe.
Nous devons éduquer les jeunes générations et faire de ces temps de réflexion, des outils de revitalisation de notre propre approche de la lutte pour un futur plus conscient, plus manifeste de ce qui fait le coeur de nos vies : l’humanité.
Personne n’est à l’abri du doute, du glissement vers la facilité des réflexes excluants. Soutenons-nous dans notre nécessaire implication. Faisons oeuvre collective, le monde a besoin de chacun de nous pour ne jamais sombrer.

img_3012
Les jeunes audois lors de la Cérémonie à la Nécropole de la Résistance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s