Cap sur la présidentielle

Dimanche, je serai présent à la convention d’investiture de Benoit Hamon, candidat du Parti Socialiste à l’élection présidentielle.

Fidèle à mon engagement et à mon parti, je respecte le choix des électeurs de la primaire citoyenne et je serai évidemment aux côtés de Benoit Hamon dans cette campagne.

Manuel Valls, pour lequel mon engagement n’a pas failli, a montré une fois encore le chemin dimanche soir en acceptant ce résultat et en faisant preuve d’une grande loyauté. Une attitude d’une grande dignité et d’une grande responsabilité, à l’image de l’homme qu’il est, que je veux à nouveau saluer. Il sait à quel point il peut et pourra compter sur moi, et ce dès les prochaines semaines, pour participer à la création d’une plateforme des progressistes. Je garde cette conviction que les idées qu’il incarne doivent rester au cœur du projet politique socialiste.

Désormais, les campagnes présidentielle et législatives s’ouvrent. Nous, socialistes, devons préserver notre unité et nous rassembler pour préparer l’avenir tout en défendant le bilan du quinquennat. Ce rassemblement est impératif car, comme le disait Mitterrand, la gauche ne peut gagner que si le P.S. est uni. De son unité, préalable indispensable, dépend le rassemblement de la gauche.

Je compte sur Benoit Hamon, que je connais personnellement depuis 25 ans, pour le réaliser. La convention d’investiture doit en être l’acte fondateur.

Pourtant, certains, sans attendre, ont déjà tranché en se tournant vers un horizon qu’incarnerait Emmanuel Macron. Je leur dis qu’ils font là un pari hasardeux tant le flou plane sur son programme dont l’annonce, bizarrement ou très sciemment, est sans cesse repoussée.

D’autres voudraient pousser Benoit Hamon dans les bras de Jean-Luc Mélenchon en rompant avec le courant progressiste du P.S. incarné par Manuel Valls. Je leur dis qu’ils font un pari fou et qu’ils perdront à coup sûr en suivant des idées et des postures aux antipodes de notre idéal socialiste notamment sur l’Europe.

Rassemblons-nous, restons unis et parlons aux électeurs de gauche. Que notre programme soit leur signe de ralliement et rien d’autre. Refusons de croire ce que d’autres pensent pour nous. Non, les socialistes ne sont ni une force d’appoint ni les instruments d’un basculement idéologique. Nous appartenons à une famille politique fière de son histoire, de ses batailles gagnées, de ses avancées sociales riches, de tout ce qu’elle a fait à travers le temps long de la démocratie, pour la France et les français.

Dans la période trouble et instable que nous traversons, les enjeux sont considérables, ne nous trompons pas d’adversaires.

Face à une droite extrême adepte de la casse sociale et l’extrême droite qui se voit aux portes de l’Elysee, les socialistes doivent continuer d’offrir une alternative solide, humaniste et ambitieuse.

La campagne commence et il ne reste déjà plus que quelques semaines pour convaincre. Comme l’ensemble des socialistes audois, je serai au rendez vous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s