Nous l’avons fait !

Il y avait un horizon qui paraissait si lointain qu’il était un peu irréel, l’aventure était belle mais les étapes comme autant de cols infranchissables. Nous savions que déposer la candidature des forteresses de montagne, ce que nous appelions pendant des décennies les « châteaux cathares », au patrimoine mondial de l’Humanité, était certes un défi que nous entendions relever, collectivement, mais avant tout un défi un peu fou.

Il a fallu d’abord définir les contours scientifiques de cette candidature, des spécialistes de l’histoire médiévale, des fortifications, de la société méridionale ont travaillé des mois, pour donner un sens historique, culturel et patrimonial à la candidature. En 2015, la cohérence d’un groupe de biens apparaissait inébranlable : Aguilar, Lastours, Montségur, la Cité de Carcassonne, Puylaurens, Termes, Peyrepertuse, Quéribus.

Autant de « Citadelles du vertige », chères à Michel Roquebert, autant de châteaux perchés qui nous toisent depuis le Moyen âge, sentinelles de notre frontière sud, et qui aujourd’hui, nous pouvons le dire, entrent dans le cercle très fermé des monuments inscrits sur la liste indicative de l’Etat français pour l’UNESCO.

Ecrire cela alors que le Ministère de la Culture, sur proposition du Comité des biens français, vient de nous faire l’insigne honneur de cette inscription, parait presque irréel, tant la joie est immense. Bientôt, nous pourrons parler des étapes suivantes, des retombées économiques, des attentes en termes d’augmentation du nombre de visiteurs. Bientôt ! Mais, là, immédiatement, dans la joie de l’annonce, nous devons collégialement, nous les audois, nous réjouir de cette promesse d’avenir. Notre dossier, techniquement et scientifiquement irréprochable, l’unanimité du vote du Comité des biens français en atteste, n’a pu aboutir que parce qu’il a été porté par des élus investis, 8 propriétaire de sites, fédérés par le Département, tous puissamment mobilisés. Lors de l’inspection générale, préalable indispensable à la décision du Ministère, les deux experts mandatés ont loué les biens, la force du paysage, la majesté des lieux, mais aussi la fierté des propriétaires, l’engagement total en faveur de ce projet. Ils ont compris que derrière des monuments, il y avait des femmes et des hommes, heureux de porter un projet inouï, audacieux et finalement évident. Ici, la force du collectif n’est pas une vue de l’esprit, il s’agit bien de ce qui fait gagner l’Aude, sa cohésion pour de grands projets. Et l’inscription de ces forteresses à l’UNESCO est bel et bien un immense projet d’avenir.

Aujourd’hui, soyons heureux de cette décision et engageons-nous pour qu’au plus vite, notre candidature soit portée devant l’UNESCO. Et nous avons besoin de vous tous. Intégrez le comité de soutien de la candidature, venez exprimer votre attachement à ces monuments de notre patrimoine pour que d’audois, il devienne mondial. Nous le savons dorénavant, il en a toute la puissance fédératrice.

One thought on “Nous l’avons fait !

  1. Une fois de plus bravo !!! diriger c’est prévoir. je rêve , j’y crois ! Merci de me donner encore espoir
    Philippe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s