Fonds d’urgence, l’Etat n’est pas au rendez-vous !

L’Aude ne sera pas parmi les bénéficiaires du fonds de soutien exceptionnel de 100 millions d’euros attribué aux départements en difficulté. L’année dernière pourtant, nous avions été parmi ceux que l’Etat avait aidé au regard de l’ampleur de nos dépenses sociales.

La raison pour laquelle nous n’y sommes pas cette année ?

Nous sommes de bons gestionnaires, rigoureux dans la maîtrise des dépenses publiques !!

En effet, pour 2017, le gouvernement a choisi de retenir comme critère principal le taux d’épargne brute, c’est-à-dire notre autofinancement, qui est la capacité à financer des investissements sans avoir recours à l’emprunt. Donc sans nous endetter. Et notre taux d’épargne brute est plutôt bon, supérieur au seuil en-deçà duquel les départements deviennent éligibles au fonds de soutien.

Etait-il moins bon l’année dernière me demanderez-vous alors ? Eh bien non.

Simplement, le gouvernement, en 2016, avait pris en compte comme critère principal le « reste à charge » des différentes allocations que verse le Département pour le compte de la solidarité nationale. Et comme l’Etat ne compense pas bien le versement des allocations au Département de l’Aude, loin s’en faut, ce reste à charge est élevé.

Ainsi, en 2016, le gouvernement avait décidé de soutenir les départements qui font face à des situations sociales difficiles. À ce titre, comme nous, les Pyrénées-Orientales et le Gard, deux autres territoires de l’ex-Languedoc-Roussillon avaient été dotés d’une subvention exceptionnelle, ce qui est logique lorsque l’on sait les difficultés sociales dans lesquelles se trouve une partie de nos populations.

En 2017, l’Etat a décidé de soutenir les départements en grande difficulté financière, la situation au regard des allocations de solidarité devenant secondaire… et donc le fonds pouvant aller parfois à des départements qui ne sont pas soumis à la forte pression de ces allocations.

Révoltant ! L’Aude, Les PO, le Gard n’en sont plus ! Notre santé financière n’est pas (encore) suffisamment catastrophique. Sauf qu’à ne pas répondre, ni sur le long terme par une juste compensation des trois allocations individuelles de solidarité, ni sur le court terme par un fonds d’urgence fondé sur des critères sociaux, notre situation budgétaire va vite se dégrader…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s