Vu/Lu ailleurs

Lu sur sauvons l’Europe.eu
Europe et mondialisation : le changement, c’est maintenant ?
La Mondialisation est un fait avéré pour des raisons et des choix politiques, mais aussi en raison de faits et de tendances structurels de long terme : diminution de coût des transports, économie d’échelle… Dans les faits, cette mondialisation n’est ni le diable qui serait créateur de chômage de masse et de mort de l’environnement ni cette mondialisation heureuse qui bénéficierait à tous de manière équivalente et serait sans impact sur l’environnement. Il est, donc, urgent de la réguler davantage et de soutenir ceux n’en bénéficient pas ou qui sont perdants face à elle…
Lu sur liberation.FR

Inégalités salariales : à quelle heure les femmes arrêtent-elles d’être payées ?

Business woman versus man corporate ladder career concept vector illustration. Gender inequality issue with different opportunities for males and females. Eps10 vector illustration.

Retrouvez cet article sur le site de Libération : http://www.liberation.fr/planete/2016/10/26/inegalites-salariales-a-quelle-heure-les-femmes-arretent-elles-d-etre-payees_1524250


LU sur Le Monde.fr

Pourquoi les Islandaises ont arrêté de travailler à 14h38 lundi

A l’appel de syndicats et d’organisations féministes, des femmes ont cessé leur journée de travail pour dénoncer les inégalités de salaires entre hommes et femmes.

//www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01194867/src/uzufxz/zone/3/showtitle/1/


| 24.10.2016 à 22:30
Vu/lu sur libEration.fr

RSA vs Smic : non, on ne gagne pas autant sans travailler, comme le prétend «Valeurs actuelles»

Dans un climat de dénonciation de «l’assistanat» par les candidats de la primaire LR, le magazine extrême-droitier «Valeurs actuelles» a sorti une comparaison erronée des revenus du travail et de ceux des «assistés».

Retrouvez cet article sur le site de Libération : http://www.liberation.fr/desintox/2016/08/31/rsa-vs-smic-non-on-ne-gagne-pas-autant-sans-travailler-comme-le-pretend-valeurs-actuelles_1475410


Lu dans Le monde et sur lemonde.fr

Le tournis, le vertige et la nausée

Par Jérôme Fenoglio (Directeur du « Monde »)

« D’abord, il y a les chiffres, à donner le tournis. Les « Panama papers » constituent une étape marquante dans l’histoire de la collaboration des organes de presse internationaux pour éclairer les mécanismes opaques des paradis fiscaux, un basculement de l’investigation dans l’ère du big data. Jamais enquête n’a rassemblé autant de journaux du monde entier, pendant neuf mois, en toute discrétion. Près de 11,5 millions de documents internes du cabinet Mossack Fonseca, l’un des champions mondiaux, au Panama, de la domiciliation de sociétés-écrans, ont été obtenus par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et analysés par 107 médias, dans 76 pays du monde entier, dont Le Monde en France. Ce travail a porté sur plus de 214 000 entités offshore créées ou administrées par Mossack Fonseca en près de quarante ans, dans 21 paradis fiscaux différents et pour des clients issus de plus de 200 pays.

Ensuite, il y a les noms, à donner la nausée. Ceux du roi d’Arabie saoudite, du président argentin, du premier ministre islandais, parmi douze chefs d’Etat et de gouvernement (dont six actuellement en activité), auxquels il convient d’ajouter ceux de 61 personnalités proches de dirigeants mondiaux, comme Sergueï Roldouguine, ami intime de Vladimir Poutine, ou encore Rami Makhlouf, cousin et grand argentier de Bachar Al-Assad… Lire la suite sur lemonde.fr


Vu au cinéma

#Demainlefilm

Et si montrer des solutions, raconter une histoire qui fait du bien, était la meilleure façon de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales, que traversent nos pays ? Suite à la publication d’une étude qui annonce la possible disparition d’une partie de l’humanité d’ici 2100, Cyril Dion et Mélanie Laurent sont partis avec une équipe de quatre personnes enquêter dans dix pays pour comprendre ce qui pourrait provoquer cette catastrophe et surtout comment l’éviter. Durant leur voyage, ils ont rencontré les pionniers qui réinventent l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation. En mettant bout à bout ces initiatives positives et concrètes qui fonctionnent déjà, ils commencent à voir émerger ce que pourrait être le monde de demain…

En lire + ici : http://www.demain-lefilm.com


Lu sur lemonde.fr – le 8 janvier 2016

Emploi, école : les réussites et les blocages de l’intégration en France, par Maryline BAUMARD

Une enquête inédite de l’INED et de l’Insee compare le parcours des immigrés et de leurs descendants à celui des Français sans ascendance étrangère. Source : Emploi, école : les réussites et les blocages de l’intégration en France

« Du premier pied posé en France par un immigré à l’installation dans la vie adulte de ses enfants s’écrit une histoire d’intégration. Pour comprendre ce processus, qui transforme en Français un nouveau venu et sa descendance, mais aussi pour en repérer les blocages, une équipe de 22 chercheurs de l’Institut national d’études démographiques (INED) et de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) ont scruté les vies de 8 300 immigrés issus de sept vagues d’entrées successives. Ils les ont comparées à celles de 8 200 de leurs descendants et à des Français sans ascendance étrangère. »

LIRE LA SUITE sur lemonde.fr 

Lu sur le site de Sébatien Denaja, député de l’Hérault – le 8 janvier 2016

Des mesures concrètes pour le développement durable : la fin des sacs plastique à usage unique

« Comme annoncé en août 2015 dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, les sacs en plastique à usage unique doivent disparaître progressivement des caisses des supermarchés…. lire la suite


Lu sur le site de la fondation Jean-Jaurès – Le 9 décembre 2015

Le Front national en campagne, Analyse d’un discours décomplexé par Cécile Alduy

Téléchargez la note  (246,04 ko)

Après le score du Front national au premier tour des régionales, Cécile Alduy a décortiqué les propos de ses candidats dans les meetings et les médias durant la campagne. L’analyse est claire : l’immigration, la sécurité et le nationalisme identitaire ont été le nerf de la guerre sémantique.

Loin de marquer la fin du discours extrémiste au sein du Front national, l’exclusion de Jean-Marie Le Pen en août 2015 a donné l’occasion au parti de s’absoudre des écarts antisémites et racialistes tout en maintenant une ligne radicale, essentiellement nationaliste, anti-immigration, autoritaire et sécuritaire. L’attention au profil des candidats aux élections régionales de 2015 et l’étude minutieuse des discours et « tweets » de Marine Le Pen pendant la campagne en rendent compte. (…) Avec la crise des réfugiés syriens et les attentats du 13 novembre à Paris en toile de fond, porté par une stratégie de concurrence directe avec Les Républicains pour apparaître comme la seule force d’alternance, le Front national s’est « décomplexé » en misant sur l’offensive rhétorique nationaliste et sécuritaire.

Déjà très présents au début de la campagne, le thème de l’immigration et les sous-entendus qu’il charrie occupent de plus en plus de place dans les discours de Marine Le Pen. En effet, si le discours sur l’immigration, parce qu’il se fait l’écho d’une actualité douloureuse, est parfois teinté d’« humanisme », dénonçant les passeurs qui exploitent la « marchandise humaine », les événements du 13 novembre entraînent une nationalisation quasi totale des enjeux abordés et une radicalisation profonde axée sur une pensée anti-immigration et anti-islam.

Marine Le Pen délaisse les questions économiques et sociales pour se concentrer sur le terrorisme et ses corollaires ; les problématiques régionales sont reléguées au second plan. Le discours de Marine Le Pen à Ajaccio par exemple s’attaque au multiculturalisme, à la politique internationale, aux coupes budgétaires dans la police, à la servitude de la France envers l’Allemagne, aux fausses promesses de l’Union européenne pour mieux louer ensuite la France éternelle.

En outre, le compte des occurrences de vocabulaire, dans les discours mais aussi sur Twitter, confirme que Marine Le Pen mène la campagne des régionales sur le plan national : « frontières », « peuple », « national » font partie des mots qu’elle prononce le plus.

L’équation rhétorique du parti, à savoir « immigration = islamisme = guerre ; frontières = identité = sécurité », renvoie à des amalgames et raccourcis fort anciens qui ont longtemps été l’apanage rhétorique de Jean-Marie Le Pen. Son exclusion n’a pas entraîné l’éradication de ses idées. Au contraire, elles ont retrouvé de la vigueur tant le Front national, durant la campagne pour les régionales 2015, a renoué avec sa marque de fabrique originelle.


TRIBUNE D’ERIC ANDRIEU PUBLIÉE DANS MEDIAPART LE 21/10/2015

Retrouvons le bon sens paysan !

Pensée et mise en œuvre il y a une cinquantaine d’années dans un contexte de pénurie pour répondre aux besoins alimentaires de la population européenne, la Politique Agricole Commune (PAC) a cette vertu d’avoir satisfait aux objectifs qui lui étaient assignés : nourrir les européens, et créer des champions parmi certaines filières agro-alimentaires.

Pour consulter Cette tribune sur le site de Mediapart, cliquez ici.

COP21 : Les 21 propositions des leaders progressistes !

COP21 : Les 21 propositions des leaders progressistes !

Mercredi 21 octobre, les leaders progressistes ont signé la déclaration de Paris pour la COP21 : retrouvez leurs 21 propositions !COP21_Declaration_short_FR_Page_1COP21_Declaration_short_FR_Page_2COP21_Declaration_short_FR_Page_3COP21_Declaration_short_FR_Page_4


lettre ouverte union de la gauchePar Carole DELGA – Le 2 septembre 2015

Depuis plus de 10 ans, les forces de gauche mènent des politiques concrètes de progrès et de solidarité qui ont bâti nos deux régions.Socialistes, écologistes, radicaux, communistes, républicains progressistes, nous avons tous contribué à ce bilan et nous pouvons collectivement en être fiers.Nourris des échanges avec la réalité des territoires, de celles et ceux qui les animent et les font vivre, des associations aux entreprises, des universitaires aux syndicats, des ruraux comme des métropolitains, nous avons su nous appuyer sur la richesse de nos diversités au nom d’une valeur commune. Celle qui réunit la gauche et guide son action : l’égalité. L’égalité territoriale, l’égalité sociale entre celles et ceux qui y vivent, l’égalité entre les femmes et les hommes.Bien sûr, tous nos mouvements de gauche ont été forgés dans une histoire particulière, modelés par des idées qui les rendent tous aussi légitimes les uns que les autres. Mais nous gardons ensemble l’héritage commun de nos valeurs partagées et des combats menés. Parce qu’une politique de droite, d’extrême droite n’aura pas les mêmes effets et les mêmes conséquences pour les femmes et les hommes de notre Région, nous devons continuer d’agir.Nous devons aujourd’hui partager nos ambitions et nos choix pour bâtir demain, une région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées forte, équilibrée, juste et solidaire.Une nouvelle région conforme à nos valeurs et capable de relever les défis du XXIe siècle, doit être unie : la région de Jaurès, celle des satellites et du numérique, une région de terroirs agricoles d’exception, une région au fabuleux patrimoine naturel préservé.La gauche régionale n’a jamais cessé d’investir dans tous nos territoires :- pour la jeunesse, en construisant des lycées, en soutenant le développement universitaire, en développant les formations en alternance ;- pour le développement économique et d’une nouvelle économie, au côté des TPE et PME et au service de l’emploi pour l’ancrer dans les territoires ;- pour le développement durable et la transition écologique, avec des projets innovants et des investissements massifs dans les transports collectifs.Ensemble, la gauche a agi et, ensemble, nous devons continuer à agir pour notre Sud dans une pratique renouvelée de proximité avec les citoyens.Sur tous ces sujets, je souhaite que toute la gauche puisse se réunir, travailler sur la base des compétences de chacun, conformes à nos valeurs.  S’unir simplement « contre » est réducteur. Nos forces, nos valeurs doivent être unies « pour ». Pour un projet, pour l’emploi et pour les services publics dans chacun de nos territoires.Ces forces, d’ores et déjà radicaux et socialistes les ont unies. Je sais que le chemin du rassemblement est exigeant, mais je suis convaincue de sa nécessité : l’union est la clé de la réussite de la gauche.Elle est le résultat d’un travail de construction, de propositions communes, issues de débats passionnés mais toujours féconds.C’est à ce rassemblement que j’invite, dès maintenant, celles et ceux qui s’inscrivent dans cette dynamique de progrès, dans cette dynamique de projets pour dessiner les politiques qui seront menées demain, toujours au service des valeurs d’égalité et de justice.Carole Delga

Télécharger la Lettre ouverte pour l’union de la gaucheCaroleDelga


La coopération décentralisée en une infographie animée

infogr-coopdec
L’action extérieure des collectivités territoriales associe des collectivités françaises et étrangères pour mener des projets de coopération dans les domaines de la culture, de l’éducation, du développement durable, et de l’économie.

Les collectivités accompagnent les entreprises en même temps qu’elles conduisent des projets de développement ou mènent des politiques de soutien à la gouvernance locale.

De la Bretagne au Mali, ou encore de Strasbourg à Volodga en Russie, plus de 13 000 projets de coopération sont conduits par près de 5 000 collectivités françaises. Des partenariats sont ainsi engagés avec quelque 10 000 collectivités étrangères dans 145 pays.

Le ministère des Affaires étrangères et du Développement international, en lien avec d’autres acteurs, accompagne la mise en œuvre de cette coopération décentralisée.

Cette infographie interactive en trois langues (français, anglais et espagnol) vous présente la coopération décentralisée, ses acteurs et des exemples de projets.

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/sites/cooperation_decentralisee/#/

Propulsé par WordPress.com.
%d blogueurs aiment cette page :